Théâtre / Marcus Borja

théâtre085.jpg
Dessin de Camilla Pizzichillo

 

Le théâtre est contenu dans les limites de tout ce qui peut se passer sur une scène.                                                                                                                Antonin Artaud

Construire un vivarium de voix, un tableau de 50 voix en 34 langues différentes…une partition de chants, de paroles qui construisent des univers parallèles.

Dans l’obscurité totale, sur des sièges froids en plastique, le public est sans défense…deux femmes paniquées demandent de sortir…

Dans le noir, en dehors de l’espace et du temps, la matière sonore prend forme et envahit les corps du public. Un exorcisme pour nous aussi peu habitués à l’écoute…une vieille chouchoute des mots d’amour, un enfant divague, deux femmes font une description inquiétante des losanges, un homme cherche à défendre son pays enseveli par le fascisme et l’église, deux femmes se disputent, je ne comprends rien mais quelqu’un pleure…

Marcus Borja avec l’aide de 50 comédiens a créé quelque chose d’absolument extraordinaire..difficile à définir : un théâtre pour l’esprit, un hallucination d’une heure et demie, un rituel sacré. Le choix du titre est aussi précieux que juste: Théâtre..Marcus Borja recrée le théâtre oui. Accourez.

Camilla Pizzichillo

Théâtre de Marcus Borja du 17 au 18 février au Jeune Théâtre National à Paris dans le cadre du festival JT16

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s