Une vie à la Allen Ginsberg # 3

acteon dorme089.jpg
Dessin de Camilla Pizzichillo

 

III. Vieillesse

 

Nous nous penchons au-dessus de nos assiettes,

Et bien plus encore.

Depuis quelque temps, quelques jours

Tu n’arrives plus à te raser,

Tes costumes d’une élégante obscurité

Ont jauni, et tombent sur tes épaules en larges plis

Dans lesquels tu caches un regard triste, affaibli

Tu voyages d’un souvenir à l’autre, kistes, économie,

Avec les mêmes mots minutieux et justes

Et la même autorité,

Pourtant tu les cherches et je le vois bien.

Sur ton balcon, chaque matin,

Tu scrutes l’horizon,

Et attends, irrévocable, les foulées du dernier cavalier.

 

Odile Efrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s