Adolescent je fus en des jours identiques aux nuages

cirque Julia092.jpg
Dessin de Raoulette

Adolescent je fus en des jours identiques aux nuages,

chose gracile, visible par la pénombre et le reflet,

et c’est étrange quand je cherche ce souvenir de voir

que ça fait encore tellement mal, tellement mal sur mon corps d’aujourd’hui.

 

Perdre le plaisir c’est triste

Comme la douce lampe sur le lit nocturne ;

celui-là je fus, celui-là je fus, celui-là j’ai été ;

mon ombre était l’ignorance.

 

Ni plaisir ni chagrin ; je fus un enfant

prisonnier entre des murs changeants ;

histoires comme si c’étaient des corps, verres à la place des ciels,

et puis un rêve, un rêve plus haut que la vie.

 

Quand la mort voudra

quitter une vérité de mes mains,

elle les trouvera vides, comme dans l’adolescence,

ardentes de désir, tendues vers le ciel.

 

Luis Cernuda

Traduction d’Andrea Verga

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s