Sans gravité

angeli.jpg
Un dessin de Mara Cara
A des lieux
sous nos ailes
La terre
toute petite terre
D’eau, de vent, de feu
qui se reflètent dans nos prunelles
Noires
De désir
qui rend fou
Comme tu le clames au soleil
Que nous visons à toute allure
Et je te hurle
Je te hurle
Que nous allons nous brûler
Tu te marres dans les étoiles
Plus tard
Je reboutonne mon tailleur
Dans le hall d’un immeuble vitré
D une grande ville américaine
En t’attendant
Depuis des heures
Gelée, je serre contre moi une tasse en carton de café
Fracas de glace
Je sursaute
Me brûle
Le long des jambes
A travers la vitre brisée
Le bitume
Dur comme une patinoire
Et
Sur le dos
Ahurie
Une femme
Au dessus de son visage de cire et de sang
Un homme se tient debout
A peine
Hagard
Un murmure s’élève
Et ne s’arrête plus
Ils sont tombés du ciel
Ils sont tombés du ciel
Ils sont tombés du ciel.
Odile Effre
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s