Un air suffisant

femmenue1.jpg
Un dessin de La Rousse

Son visage traduisait cet air suffisant que se donnent les gens pas important.

Elle marchait langoureusement comme si la Terre voulait la baiser. Une pute. Une pute chargée d’herbe. Droite sur ses talons hauts, perdant l’équilibre dès que la Terre tourne. Habillée de noir. Elle inspirait le vide. Devenue Muse de ce vide, faute de mieux. Son chandail porté en hiver, la travestissait comme les océans habillent la planète.

L’espace régnait en maître à l’intérieur d’elle, c’est si dur de paraître lorsque que être est inexistant. Le vide qui l’enserrait, avait pris possession d’elle, peu à peu, sans qu’elle s’en aperçoive. Évidemment dans la vie de tous les jours, elle avait pris l’habitude de cette prestance qui lui permettait de suffisamment donner le change auprès de tous : le temps comme les gens. Mais elle n’était rien.

Juste une forme humaine vide de sens.

La Rousse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s