Je me suis éveillé de la Maladie

SansTitre6_Heck(1).jpg
Un dessin de Heck d’après Le festin nu de William Burroughs

Je me suis éveillé de la Maladie, à l’âge de quarante-cinq ans, sain d’esprit et relativement de corps, si j’excepte un foie affaibli et ce masque de chair d’emprunt que portent tous ceux qui ont survécu au Mal… La plupart des survivants ne se souviennent pas du délire dans tous ses détails. Il semble que j’aie enregistré mes impressions sur ce mal et son délire, mais je n’ai guère souvenir d’ avoir rédigé les notes que l’on a publiées en langue anglaise sous le litre « Naked lunch » (Le festin nu). C’est Jack Kerouac qui m’a suggéré ce titre, et je n’en ai compris la signification que très récemment, après ma guérison. Il a exactement le sens de ses termes : le Festin Nu cet instant pétrifié et glacé où chacun peut voir ce qui est piqué au bout de chaque fourchette.

William Burroughs, Le Festin nu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s